Accueil

Belle Ile… la bien nommée, comme l’a surnommée la poétesse Eva Jouan dans l’un des poèmes, Belle-Isle, de son recueil De la grève, publié en 1896.

Ce n’est donc pas un hasard si de nombreux artistes, écrivains, comédiens, musiciens, peintres y ont séjourné, citons Claude Monet qui, en 1886, a peint plusieurs toiles célèbres sur les Aiguilles de Port Coton, John Peter Russels qui y a passé une vingtaine d’années, et aussi Auguste Rodin, Henri Matisse, Gustave Courbet.
Voici les mots restés célèbres sur l’île de Claude Monet : « C’est sinistre, diabolique mais superbe et je ne crois pas retrouver pareille chose ailleurs ».

La comédienne Sarah Bernhardt a laissé une forte empreinte à Belle Ile qu’elle découvre en 1894. Elle y reviendra régulièrement pendant 30 ans à la Pointe des Poulains, où elle fit une succession de fêtes avec de nombreuses personnalités du monde artistique et aristocratique. Vous pourrez retrouver son histoire particulière dans le musée qui lui est consacré. Ecouter le documentaire INA (1980) de Françoise Malettra.

Mais aussi le texte de Gustave Flaubert :
… « Resserré entre la citadelle et ses remparts et coupé au milieu par un port presque vide, Le Palais nous parut une petite ville assez sotte, qui transsude un ennui de garnison et a je ne sais quoi d’un sous-officier qui bâille… Etait-ce la peine de s’être exposé au mal de mer, que nous n’avions pas eu d’ailleurs, ce qui nous rendait indulgents, pour n’avoir à contempler que la citadelle, dont nous nous souciions fort peu, le phare dont nous nous inquiétions encore moins, ou le rempart de Vauban qui nous ennuyait déjà… »  (G. Flaubert et M. Du Camp 1885, Par les champs et par les grèves). 

Le Palais a changé, la garnison n’est plus là ! Si Flaubert revenait, nul doute que sa prose serait moins sombre et l’encre de sa plume plus nuancée !

Et toujours Belle Ile en mer/Marie Galante en musique avec Laurent Voulzy et Alain Souchon !