Belle Ile

Belle Ile, c’est 4 communes : Le Palais, Sauzon, Locmaria, Bangor, et près de 120 villages répartis sur une surface de 85 km2.

Voir l’histoire de Belle Ile sur le site de la Société historique de Belle Ile en Mer, et l’histoire de Le Palais en particulier sur le site de la mairie.

C’est aussi des paysages variés, des lumières magnifiques, des randonnées à pied, à cheval, à vélo, une soixantaine de ports naturels et autant de plages, un grand nombre de vallons, une flore et une faune exceptionnelles… Près de 2000 heures d’ensoleillement annuel permettent de trouver des plantes méditerranéennes. Pour les amateurs, je vous conseille de prendre contact avec la Maison de la nature qui organise des balades de découvertes de l’environnement.

Belle Ile, c’est aussi la pêche à pied, la pêche au gros (voir le blog d’Arnaud de Wildenberg), la plongée, la photo, la voile…

Et encore… des spécialités gastronomiques : les galettes de la Bien-Nommée, les sardines et autres spécialités de la conserverie de la Belliloise, les Niniches et les caramels au beurre salé de la Maison d’Armorine, le miel de Richard Laurance et de Quentin Le Guillou au Rucher des abeilles noires qui organise des visites très intéressantes pour enfants et parents…

Des petits producteurs bio locaux, que l’on trouve dans la délicieuse boutique de Gaëlla « Aux goûts du monde », ou sur le marché quotidien, ou le vendredi soir et le samedi matin au « Coin des producteurs« 

Et des crustacés bizarres : les pouces-pieds (INA : document 1, document 2) qui se développent dans des aires non polluées. A marée basse, on les trouve dans les infractuosités des roches découvertes. Le pouce-pied a une apparence très curieuse d’un doigt très ridé, avec à l’extrémité un ongle ou une griffe recouverte d’écailles. Il est accessible lors des grandes marées et pour le pêcher, il faut un marteau et un burin car il est solidement ancré dans la roche. Sa pêche est réglementée.